mardi 4 décembre 2012

[Test] Wii U : première prise en main.



Dans la vie d’un gamer, la sortie d’une console est toujours un moment important. On se pose toujours la question de savoir si elle sera pérenne ou si on fait le bon choix.

Après ma première découverte à l’E3 2011, puis sa présentation parisienne en juin, la Wii U de Nintendo trône enfin dans mon salon.


Il est donc temps de vous écrire mes premières impressions sur la dernière née de Nintendo.


Ceux qui ont eu une Wii ne seront pas surpris au déballage de la machine. Tout le contenu du carton de la Wii U est organisé de la même manière que pour son ainée. On retrouvera d’abord sur l’étage supérieur les accessoires, puis à l’étage inférieur, la console et le GamePad. A noter, que Nintendo fournit un câble HDMI de 1 mètre pour connecter la console à son téléviseur HD.

Je ne vais pas m’étendre sur le contenu du pack Nintendo Land, car si vous souhaitez le découvrir, de nombreuses vidéos de déballage (unboxing en anglais) sont disponibles sur YouTube ou DailyMotion.



On notera que les plastiques brillants de la console et du GamePad ne le resteront sûrement pas très longtemps, puisque ceux-ci sont sujets aux traces de doigts et aux micro-rayures. On fera donc le deuil de conserver une console immaculée.

Une fois tous les branchements faits, il est temps d’allumer fébrilement la console. Tiens, elle ne s’allume pas, ça commence bien ! Peut-être que si je branchais l’adapteur secteur à une prise, ça fonctionnerait mieux, non ? ;-P


Moment d’émotion lorsque le logo Wii U apparait à l’écran alors que celui de Nintendo s’affiche sur le GamePad. 

Vient alors l'étape où on nous propose de créer notre Mii ou d’en importer un déjà existant (en sans fil ou par QR Code, pour ceux provenant de la 3DS).

Première mise à jour


Après cette étape obligatoire, on nous demandera de faire la mise à jour de la console pour profiter de toutes les fonctionnalités Web et de la rétrocompatibilité avec la Wii.

Voilà qui résume bien la vitesse de la 1ere mise à jour

ATTENTION : Si vous souhaitez jouer tout de suite à votre console, je ne saurais trop vous conseiller d’annuler cette demande de mise à jour. En effet, celle-ci se téléchargera  alors en tâche de fond et s’installera au prochain démarrage de la console.


Si vous ne le faites pas, il faudra alors être extrêmement patient, surtout si vous avez le malheur d’être chez Free. Mais dans le meilleur des cas, il faudra compter environs 45 minutes pour que la mise à jour de la console se télécharge, puis 15 minutes supplémentaires pour l’installation.

Rassurez-vous, ce ne sera pas la dernière, puisque pas mal de jeux vous demanderont ultérieurement d’appliquer une mise à jour…

Des rumeurs de briquage de la console, la rendant inutilisable, suite à cette mise à jour trop longue ont parcouru le web. Ces rumeurs sont, bien entendue, infondées puisque la mise en veille automatique est désactivée lors de l’installation. De plus Nintendo prévient bien l’utilisateur de ne pas débrancher la console lors de son installation.


Une fois cette douloureuse étape de mise à jour, finie, il faudra lier son compte Club Nintendo si on en possède un, puis créer son Nintendo ID pour les services en ligne (MiiVerse, Liste d’amis, eShop, etc.)
De mémoire de gamer, jamais une console au lancement ne m’aura fait perdre autant de temps avant de pouvoir lancer un seul jeu. On est à mille lieux de la philosophie Plug and Play qui avait guidé la marque jusqu’ici !


Interface


Quand, on démarre la console, la place Wara Wara (un carrousel de jeu avec des Mii) apparait sur l’écran de la TV, alors que les raccourcis pour les applications (Jeux, Miiverse, Youtube, paramètres, etc.) s’affichent sur le GamePad.  Cette interface est très réussie et la première impression est très bonne.

La place Wara Wara

La place Wara Wara présente les jeux les plus joués par la communauté.  Les Mii se regroupent autour de ces jeux et laissent apparaître de temps en temps les messages MiiVerse que leurs propriétaires ont postés sur ce jeu. C’est l’occasion de découvrir de véritable talents et on se surprendra à la laisser tourner juste pour le plaisir de découvrir de nouveaux dessins.

Interface du GamePad

Du côté du GamePad, l’interface est très semblable à celle de la 3DS, et donc très intuitive. On reconnaîtra tout de suite, à la forme de l’icône, la fonctionnalité de telle ou telle application.
Comme sur 3DS, certaines applications peuvent tourner en tâche de fond et être invoquées pendant un jeu sans arrêter la partie. Cela sera le cas du MiiVerse, du Gestionnaire de téléchargement, de la Liste d’Amis et surtout du Navigateur Web.

Les temps de chargements sont nombreux

Aussi agréable soit cette interface,  il faudra faire preuve de patience. En effet, son gros point noir est sa lourdeur. Revenir au menu après une session de jeu prendra environs 15 secondes, lancer les paramètres de la console ou l’eShop, également. Bref, la vélocité de l’OS de la Wii U est largement perfectible. Ceux qui ont l’habitude de l’OS de la PS3 (PSN, fin de session de jeu, etc.) sauront de quoi je parle.


De plus, certaines fonctionnalités, comme le réglage de la luminosité de l’écran du GamePad, demandent des manipulations excessives.

Espérons que cela soit corrigé rapidement, et qu’il ne s’agisse que d’un défaut de jeunesse.



Applications


La vraie bonne surprise de la Wii U est le Miiverse, que l’on pourrait rapidement comparer à un Twitter dédié à l’univers Nintendo.


Comme son nom l’indique, le MiiVerse utilisera votre Mii comme avatar dans ce réseau social.
L’utilisateur pourra envoyer des messages à ses amis, des commentaires sur un passage d’un jeu qui seront alors affichés dans celui des autres joueurs et/ou de ses amis, s’abonner à la communauté d’un jeu pour demander de l’aide, etc. Il sera aussi possible de faire ses demandes d’amis directement via le MiiVerse plutôt que par la liste d’amis.


Nintendo a de grandes ambitions pour ce MiiVerse, puisque des applications pour Smartphones, tablettes et ordinateurs sont à l’ordre du jour.


Lapplication Wii U Chat est, comme son nom lindique, un équivalent de Skype. Cest donc un service de visioconférence à utiliser avec les personnes enregistrées dans sa liste damis. Mais il faut savoir que, pour le moment, on ne peut pas lactiver pendant une partie de jeu.


A côté de cela, on retrouve une application YouTube très bien fichue, qui permettra d’afficher une vidéo sur l’écran TV pendant qu’on continuera à surfer sur le GamePad.

Le service TVii qui permet de regarder et denregistrer les chaines de la TNT nest pas encore disponible actuellement. Mais son activation est promise pour 2013.

L'application YouTube 
(clip sur la TV, navigation sur le GamePad)

Enfin le navigateur web est également très bien réalisé et se paye le luxe d’être aussi rapide que celui de l’iPad. A noter qu’il ne supporte pas le flash, mais est parfaitement compatible avec l’HTML 5. On pourra donc utiliser la majeure partie des services de vidéo en ligne par son intermédiaire.

Bref, Nintendo se tourne enfin vers le online et le multimédia, et ceci avec un certain succès. Tous ces services online sont complètement gratuits et la concurrence devrait en prendre de la graine.


GamePad

La prise en main du GamePad pourra dérouter au premier abord. Ce qui surprendra au début, cest sa légèreté par rapport à ses dimensions, mais aussi, la qualité de son écran. En effet, celui-ci, bien que résistif, est précis au toucher. maiśsurtout, il propose de bons contrastes, de belles couleurs et des angles de vue confortables. Sur ce point, Nintendo ne se moque pas de ses clients.


Le GamePad, outre son écran, propose des haut parleurs stéréo dont on réglera le volume grâce à une réglette. Ceux-ci sont d’assez bonne qualité sans pour autant atteindre l’excellence de ceux de la première 3DS. Pour une utilisation solo sans téléviseur, on privilégiera un casque que l’on branchera sur la prise prévue à cet effet.

Après un petit temps d’adaptation, je trouve sa prise en main très agréable. Les sticks tombent parfaitement sous les pouces et la position des boutons est optimale. Même la croix directionnelle est bien placée et ne déséquilibre pas le GamePad dans ses mains lorsqu’on l’utilise. J’apprécie spécialement les gâchettes qui se permettent d’être encore meilleures que celle de la manette de la Xbox 360. Dommage qu’elles ne soient pas analogiques.

Par contre, il n’est pas exempt de défaut. En effet, son autonomie est assez faible. Il faudra compter seulement sur 3 à 5 heures d’autonomie. Pour gagnez quelques précieuses minutes, je conseille vivement de baisser sa luminosité au niveau 2, voire1, quand on jouera le soir. Dans tous les cas, cette autonomie est médiocre et il faudra toujours avoir son chargeur sous la main en cas de longue session de jeu.

Mais le plus étonnant dans cette histoire est que Nintendo n’a pas laissé le choix à l’utilisateur d’éteindre l’écran quand celui-ci n’affiche qu’une simple recopie de l’écran de jeu (ex : New Super Mario Bros U), ou encore de complètement le désactiver quand on ne l’utilise pas (ex : encore NSMBU quand on joue à la WiiMote). On peut bien couper l’affichage dans les options, mais celui-ci se réactivera immédiatement si on appuie sur un bouton.


Bruit de fonctionnement

Pour terminer sur une note positive, j’ai été très agréablement surpris par le bruit de fonctionnement de la console. Inaudible sans disque, on l’entend légèrement quand on joue à un jeu sur disque.

Enfin tout est relatif, mais à titre de comparaison, ma Wii U est aussi discrète que ma vieille Wii. Elle se révèle beaucoup moins bruyante que ma Xbox 360 Slim (mode jeu sur DVD) et l’est un peu moins que ma PS3 Slim. Mais il reste à savoir, si toutes les séries seront logées à la même enseigne.


Conclusion


Pour conclure cet article sur la découverte de la Wii U, je peux dire que cette console est pleine de promesses (place Wara Wara, MiiVerse, navigateur web, etc.), mais que ses débuts sont chaotiques. Ses mises à jour très longues et beaucoup trop nombreuses, son OS trop lourd pour se faire oublier et l’autonomie du GamePad médiocre sont autant de défauts qui viennent entacher un tableau qui aurait pu être parfait.

Mais se focaliser sur ces défauts serait occulter complètement le plaisir que procure la console une fois un jeu lancé. Car oui, comme nous l’a montré la jeune histoire vidéoludique, une console sans bons jeux n’est rien. Et sur ce point, la Nintendo Wii U assure très largement. Mais ceci sera l’objet d’un prochain article.


Stay tuned ^_-.

2 commentaires:

  1. Ca fait un moment que ton blog n'est plus actif, t'es mort ?

    RépondreSupprimer
  2. Je crois qu'il en a marre. Il a constaté que sur certains sites de jeux vidéos, des personnes copiaient ses articles sans son autorisation.

    On peut juste lui dire, REVIENSSSSS!!!! TU NOUS MANQUES GRAVE!!!!

    RépondreSupprimer