mardi 2 octobre 2012

[Test] PS Vita : Little Big Planet




Après avoir terminé le jeu et déjà donné mes premières impressions, il est temps de passer à un test un peu plus complet.

Développé par Tarsier Studio qui reprend le flambeau de Media Molécule pour cet épisode, que vaut vraiment ce Little Big Planet PS Vita par rapport à ses prédécesseurs ?

L’histoire de ce Little Big Planet sur PS Vita placera notre Sackboy aux prises avec le terrible Marionnettiste. Celui-ci, après avoir attaqué et vaincu la planète Carnavalia, s’en prend dorénavant à notre chère Little Big Planet. Notre petit bonhomme en toile de jute devra donc rassembler tout son courage pour traverser les cinq mondes qui composent Carnavalia.


Les habitués des précédents épisodes seront en terrain connu, car ce Little Big Planet reprend, à peu de choses près, la même formule. Le joueur pourra traverser les différents niveaux composant les mondes de Carnavalia en solo, ou à plusieurs mais uniquement si il est connecté au PSN.
Premier couac de cet opus, aucun mode ad-hoc n’est disponible. Il sera donc impossible de jouer à plusieurs en local, et rien n’est annoncé pour corriger ce faux pas. Pour un jeu qui mise sur le social, cela fait mal.


Graphiquement, le jeu exploite bien la puissance de la console. Pour faire simple, on a l’impression d’être devant une version PS3, mais au creux de la main. Les effets de lumière et de particules sont nombreux et les textures sont très détaillées. A savoir, le jeu fonctionne en résolution native, contrairement aux premiers titres de la console. Tout cela est accompagné par une bande son inspirée et de très bonne qualité.


Je dois dire que j’ai été très agréablement surpris par le level design de cet opus qui se paye le luxe d’être le meilleur de la saga. En effet, les coins et recoins seront nombreux et certains passages secrets demanderont une certaine habileté pour être dévoilés. Les suédois de Tarsier Studio ont réussi à faire mieux que Media Molecule sur ce point et c’était à souligner.


De plus, ce ne sont pas les idées qui ont manqué. Chaque niveau sera l’occasion d’une nouvelle petite idée qui changera, parfois grandement, le gameplay du jeu. On pourra, par exemple, jouer à Tarzan avec son grappin, jouer à Tron avec un scooter lumineux ou encore se mettre dans la peau de Spiderman en chevauchant une moto qui se collera à n’importe quelle paroi.


Les capacités spécifiques de la PS Vita sont également mises à profit et très bien intégrées. Le tactile est vraiment bien exploité et, comme je le mentionnais dans mes premières impressions, le curseur représentant son doigt sur le tactile arrière est le bienvenu. Mais il faudra aussi compter sur le gyroscope qui pourra servir à bouger certaines plateformes mobiles ou conduire une moto futuriste.


Cependant, ce sont surtout les niveaux arcades, sortes de mini-jeux comme on en trouve sur les smartphones, qui utiliseront le plus ces capacités.


Autre point qui évolue, de manière positive, sur cet épisode, la maniabilité. Jamais auparavant le petit Sackboy n’aura été aussi facile à manipuler. Il n’a plus cette inertie lunaire qui en faisait rager certains. Les sauts sont donc bien plus précis. Mais cela n’empêche pas Sackboy de pouvoir modifier son point de chute à tout moment.


Cette nouvelle maniabilité pourra être aussi un inconvénient pour les plus acharnés. Car le jeu en devient beaucoup plus facile. Les niveaux se traversent sans vraiment de difficulté. Et à part peut-être le boss final, les autres boss de fin de niveau seront une ballade de santé.


Conséquence, le jeu se termine vite, trop vite même. Comptez une petite après-midi pour boucler le jeu sans récolter les 100%. C’est court, et je dois avouer, que l’on a une impression de trop peu quand on voit le générique final, surtout quand on le compare au précédent opus portable sur PSP. C’est à se demander si ce manque de contenu solo n’est pas là pour nous vendre plus tard de nouveaux niveaux en DLC. Espérons simplement que je sois mauvaise langue…


Par contre, collecter 100% des bonus, ou des tenues demandera beaucoup d’investissement en terme de temps et certains bonus ne seront accessibles qu’en mode multijoueur, tant pis pour les joueurs solos.
Plus qu’avant, il faudra compter sur les options communautaires pour améliorer la durée de vie du jeu. Les niveaux composés par les autres joueurs sont désormais téléchargeables en local pour être joué à tout moment. A noter que l’éditeur de niveaux est aussi riche que dans les opus de salon.


Mais de fait, pour utiliser pleinement ces fonctionnalités communautaires, il faudra obligatoirement avoir une connexion Wifi disponible, même si il est toujours possible de créer des niveaux offline. Pour un jeu destiné à une console portable, c’est à mon avis un non-sens.


Très agréable à parcourir, et certainement l’opus qui propose la meilleure partie solo, ce Little Big Planet pour PS Vita se révèle tout de même bien trop court. Si, en plus, on ajoute l’absence d’un mode multi-joueur local, on peut penser que cet opus aurait plus eu sa place sur console de salon que sur portable. Malheureusement, et malgré ses nombreuses qualités, ce Little Big Planet sera à réserver aux fans de la saga qui devront miser sur le mode communautaire. Ou, alors, il faudra attendre une baisse de prix.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire