mercredi 11 juillet 2012

[Impressions] Japan Expo : les J-RPG




S’il y a bien un genre qui a perdu de sa superbe avec cette génération, c’est bien celui des jeux de rôle japonais ou J-RPG.

Pourtant, certains éditeurs ne baissent pas les bras et ont profité de la Japan Expo pour dévoiler les futurs J-RPG qui vont fouler le territoire européen.


Que nous réservent ces prochains mois dans le domaine des J-RPG ?





Pas vraiment un J-RPG, mais plutôt un Action RPG, Kingdom Hearts : Dream Drop Distance était montré pour la première fois au public français.


C’est donc sur le stand de Nintendo, éditeur du titre en Europe, et sur celui de Square Enix, créateur du jeu, que le joueur avide pouvait poser ses mains poilues sur le nouvel opus de la saga Kingdom Hearts.

Prenant place, immédiatement après le deuxième opus, Kingdom Hearts 3D revient aux héros d’origine de la saga : Sora et Riku. Afin de contrer les plans machiavéliques de Xénahort, nos héros doivent passer leur examen pour devenir des maîtres de la Keyblade. Pour cela, ils devront plonger dans le monde des rêves afin de trouver la clé de leur destin.


Encore en version anglaise sur le stand de Nintendo, la démo présentait le début de l’aventure dans la ville de Traverse Town.

Ceux qui ont aimé Birth By Sleep, ne pourront qu’adhérer à cet épisode. Les combats sont encore plus acrobatiques et dynamiques, Sora et Rikku pouvant rebondir sur les murs ou tournoyer autour des ennemis.


La réalisation est un cran au dessus de l’opus PSP, puisque les environnements sont plus grands et que le jeu n’est pas avare en ennemis affichés en même temps à l’écran.
La 3D est bien utilisée, et quelques effets surprendront le joueur.


A noter, que le jeu gagne grandement à être joué sur la nouvelle 3DS XL. Grâce à ses écrans plus grands, elle permet d’admirer de façon plus confortable les efforts des équipes de développement sur les décors. De plus, j’ai trouvé l’action bien plus lisible sur le modèle XL.






Alors que la plupart des fans attendaient la version PS3 de Tales of Vesperia, Namco Bandai a surpris tout le monde en annonçant, pour fin août, la localisation de Tales of Graces f sur PS3.


Le jeu était donc présent sur le stand de l’éditeur. Initialement sortie sur Wii, la version PS3 ajoute de nouveaux chapitres à celle d’origine. Ceux-ci prendront place après la fin du jeu initial, d’où le f à la fin du titre pour « futur ».


L’histoire prend place dans le monde d’Efinea où trois nations sont perpétuellement en conflit. Le héros de cet opus est le fils d’un seigneur féodal de la nation de Windol et porte le nom d’Asbel. Traumatisé par un incident survenu dans son enfance, Asbel fera équipe avec Sophie, une jeune fille amnésique, afin de découvrir ce qui menace Efinea d’une lente, mais certaine, extinction.


Dans cette démo prenant place dans des cavernes souterraines et à l’air libre, on progresse exclusivement dans des couloirs fermés. Malheureusement, on pouvait se rendre compte que le jeu a d’abord été développé pour la Wii. Cependant, les couleurs et l’animation font honneur à la série avec des graphismes chatoyants et une animation très fluide.


Comme d’habitude dans la série, une rencontre avec un monstre nous envoie dans une arène fermée où aura lieu le combat. Le joueur pourra à loisir tourner autour de l’ennemi afin de l’attaquer là où sont ses points faibles. Dans cette démo, seul un autre personnage accompagnait le héros, mais on pourra compter jusqu’à quatre compagnons.


J’ai pu constater que tous les menus ainsi que les dialogues étaient complètement traduits. Et je dois souligner que cette traduction semblait de qualité.


Le jeu est attendu chez nous le 30 août 2012 et sera également disponible dans une superbe édition spéciale (que j’ai déjà réservé ;-P).





On pouvait dire que Namco Bandai a gâté les amateurs de J-RPG  à cette Japan Expo, car outre Tales of Graces, l’éditeur nous présentait également Ni no Kuni.


Adaptation PS3 d’un jeu sorti sur DS, Ni no Kuni a pour particularité d’être le résultat d’une association entre Level 5 (Dragon Quest 8, Layton, etc.) et les studios Ghibli (Mononoké, Totoro, etc.).

Dans ce jeu,  le joueur incarne Olivier, jeune garçon de 13 ans. Il doit faire le deuil de sa mère qui est morte en se sacrifiant pour le sauver de la noyade. Alors qu’il s’abandonne au chagrin seul dans sa chambre, la poupée que lui avait offerte sa mère prend soudainement vie.


A cette occasion, olivier acquerra le livre des sortilèges et découvrira la dimension de Ni no Kuni où il espère trouver un moyen de ramener sa mère à la vie.

La démo de la Japan Expo prenait place dans la première ville de Ni no Kuni. Le but de nos deux héros est de retrouver l'animal de compagnie du Roi, qui déprime depuis sa disparition.


Je dois dire que les graphismes du jeu sont tout bonnement magnifiques. Très détaillé, le monde de Ni no Kuni est aussi vivant que dans les films de Ghibli. On reconnait, d’ailleurs, la patte du studio dans l’esthétique de cette ville ainsi que dans les animations faciales des personnages.

La caméra est libre et on a donc tout le loisir d’observer le travail des équipes de développement dans les moindres détails.


Une fois l’animal de compagnie retrouvé, on doit l’apporter au roi. Le joueur est alors récompensé par une magnifique scène en dessin animé entièrement doublée.

Dans cette version de démonstration, les voix étaient en japonais alors que les textes oscillaient entre le bon français et l’anglais. Mais le jeu ne sortant qu’en début d’année prochaine, c’est parfaitement excusable.



Comme vous pouvez le constater les J-RPG étaient, bizarrement, présent en force à cette Japan Expo. Mais, cela n’a rien de surprenant car il faut avouer que la partie dédiée aux jeux vidéo était des plus restreinte cette année. Cependant ces titres semblent prometteurs et devraient contenter les fans de J-RPG, en manque actuellement.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire