mardi 17 avril 2012

[Test] PS Vita : Rayman Origins



Rayman a commencé sa carrière vidéoludique sur feu la Sega Saturn en 1995. Mais la consécration viendra avec l’adaptation Playstation, la même année, qui popularisera le personnage au niveau international. Après un passage réussi à la 3D avec Rayman 2 et sa suite Rayman 3, le personnage a été mis de côté par Ubisoft après avoir servi de faire-valoir aux Lapins Crétins. C’est donc avec surprise et impatience que les fans de ce bonhomme sans bras, ni jambes, ni cou, ont appris le développement de Rayman Origins.


Après une sortie saluée par les critiques sur console de salon en fin d’année dernière, ce Rayman Origins est disponible dès le lancement de la PS Vita. Il représente le premier jeu de pure plateforme sur le support.

Alors, que vaut ce Rayman sur PS Vita et est-il à la hauteur des versions salon ?

Rayman et ses amis, Globox et les Ptizêtres, dorment paisiblement sur l’arbre des rêves. Mais leurs ronflements sont tels qu’ils réveillent au sens littéral les morts. Ceux–ci sont excédés et décident de prendre le problème à-bras-le-corps, en envahissant le monde des vivants. Dans cet épisode, on suivra donc la lutte impitoyable entre nos héros et ceux de la Lande des Esprits Frappés.


Se déroulant, chronologiquement, avant les aventures de Rayman premier du nom, le scénario n’est qu’un prétexte à parcourir les mondes issus des rêves du Bubble Dreamer. Finalement, on n’apprendra rien sur les origines de notre héros, contrairement à ce que le titre pouvait laisser penser.


Initialement, ce jeu était destiné uniquement aux plateformes de téléchargement de Microsoft et de Sony sous forme épisodique. Mais devant l’attente suscitée, Ubisoft a décidé de revoir sa copie pour faire de ce Rayman, un jeu à part entière. On parcourra donc 60 niveaux répartis à travers 6 mondes.

Graphiquement, l’UbiArt Framework fait des merveilles. Les niveaux regorgent de détails et de vie. Chaque monde aura une thématique principale qui sera déclinée tout au long des dix niveaux le constituant. Mais, contrairement aux Lapins Crétins 3D sur Nintendo 3DS, ici, les niveaux proposent assez de variété, en plus de bénéficier d’un level design très bien maîtrisé, pour ne pas donner l’impression de parcourir inlassablement le même décor.


De plus, le gameplay lui-même, peut changer d’un niveau à un autre. En effet, notre héros aura la possibilité de monter un moustique géant transformant le jeu en shoot’em up. Il y aura aussi des niveaux basés sur une course poursuite où Rayman devra fuir un ennemi gigantesque tout en évitant les embûches présentes devant lui. Selon moi, ces niveaux sont de loin les plus pénibles et les plus difficiles.


Mais on se rendra vite compte que cette version est sublimée par l’écran OLED de la PS Vita. En effet, il ne sera pas rare qu’on lâche un « Que c’est beau !» devant les graphismes et les couleurs hyper saturées de cette adaptation.

Pour la bande son de cet épisode de Rayman, ce sont les compositeurs Christophe Héral et Billy Martin qui ont orchestrés les musiques du jeu. Et on peut dire que le résultat est amplement réussi. Les pistes sont très variées et utilisent des instruments encore rarement entendus dans une bande son de jeux vidéo. Elles ont également le mérite de rester en tête après l’extinction de la console, preuve de leur réussite. Pour cette version PS Vita, la bande son est strictement identique à celle des versions salon, mais l’écoute au casque est très largement conseillée pour pouvoir en profiter au maximum.


Notre héros commencera sans aucun des pouvoirs qu’on lui connaît, à l’exception du double saut. Au fur et à mesure de l’aventure, Rayman acquerra des pouvoirs après avoir libéré les fées, prisonnières des Esprits Frappés. Il commencera par récupérer le pouvoir de la bafouille (taper les ennemis), pour ensuite diversifier de plus en plus ses actions. L’évolution et la progression de la difficulté sont donc très bien gérées, ce qui ne devrait pas frustrer directement les joueurs les moins doués. Il sera parfaitement possible de finir le jeu avec un peu de patience, mais le vrai challenge pour les hardcore gamers sera de récupérer tous les bonus disséminés à travers les niveaux.


Et question éléments récoltables, il y en a. On pourra tenter de récupérer tous les Lums présents dans un niveau, dénicher des portes secrètes permettant à Rayman de libérer des Electoons  de leur cage de fer ou encore récupérer les Pièces de la Mort augmentant le compteur de Lums afin d’obtenir la médaille du niveau. Mais cette version PS Vita en rajoute encore, puisqu’on pourra trouver des artefacts cachés très habilement et difficilement visibles du premier coup. Ces artefacts nous permettront de compléter des fresques débloquant de nouveaux personnages jouables ou costumes.


Autre rajout de la version Vita, on pourra tapoter sur les bulles contenant les Lums, via l’écran tactile, pour les récupérer, ou encore sur les ennemis gonflés après un coup pour définitivement les annihiler. Il sera également possible d’échanger ses artefacts ou d’affronter les fantômes de nos amis pour battre leur record grâce à la fonction Near. Par contre le jeu fera l’impasse sur le pavé tactile arrière et le gyroscope, mais ça n’est pas plus mal.


Le gros reproche à faire à cette version et qui pourra en dissuader certains, c’est qu'elle fait complètement l’impasse sur le mode multijoueur, pourtant présent et apprécié sur les versions salon. Il n’est donc aucunement possible de jouer en coopératif à cette version portable. Alors, fainéantise de la part d’UbiSoft ou réelle limitation technique, la question restera sûrement sans réponse. Et même si c’est, il faut le reconnaître, le seul défaut du jeu, c’est clairement une absence dommageable.


Rayman Origins inaugure de façon magistrale le genre plateformes sur la dernière née de Sony. Belles, riches et très variées, les premières aventures de Rayman, chronologiquement parlant, sont sans conteste une réussite. Cependant, et malgré les nombreux ajouts de cette version PS Vita, l’absence de mode multijoueur sera impardonnable pour certains. Pour les autres, et à moins de n’avoir pas fait la version salon jusque dans ses moindres recoins, ce Rayman Origins est un titre à absolument posséder dans sa logithèque.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire