mercredi 22 février 2012

[Test] Premières impressions sur la PS Vita


Après une bonne grosse soirée sur la PS Vita et un trajet en transports en commun, il est temps de coucher sur papier mes premières impressions sur mon dernier achat.


Conception / Finition

Ce qui frappe dès l’allumage, c’est la taille de l’écran (5 pouces), sa finesse et ses contrastes. Sony peut remercier Samsung de lui fournir ses magnifiques écrans Super Amoled Plus. On peut s’étonner finalement de la compacité de la console au vu de la taille de cet écran. Une fois en mains, la console respire la qualité et la solidité. Question poids, on est plus proche de la PSP 1000 que de la PSP 3000, mais celui-ci est bien mieux équilibré et nous n’aurons plus à souffrir des crampes aux poignets.


Les sticks sont un des nombreux points forts de la console. Comparativement à celui de la 3DS, ils offrent une très bonne course et permettent de mieux doser ses actions. Sony a également complètement revu sa croix directionnelle qui est, cette fois-ci, pleine au lieu des traditionnels 4 boutons. Avec cette croix, faire des combos de folie sur Ultimate Marvel Vs Capcom 3 sera un pur plaisir. Là encore, Sony donne une bonne leçon à Nintendo qui a doté sa 3DS d’une croix bien trop petite pour être agréable. La croix, ainsi que les boutons, disposent de micro switch bien précis offrant un excellent retour au joueur.


Dans la catégorie des défauts, je peste sur les diverses trappes pour insérer les jeux ou les cartes mémoires qui ne sont pas très pratiques à l’usage, en plus de ne pas respirer la solidité à moyen terme. De plus, le plastique protégeant l’écran semble très sujet aux micro-rayures et la pose d’une protection d’écran sera un passage obligatoire pour tous les maniaques. Enfin, par souci d’économie, Sony n’a pas rempli les anses pour les dragonnes. C’est un petit détail, mais qui fait un peu tache par rapport au reste :-p


Pour résumer, la finition est très bonne, surtout en comparaison de la Nintendo 3DS.


Ergonomie

La console est très agréable dans la main car tout tombe parfaitement sous les doigts. Par contre, la surface tactile derrière la console offre une surface un peu trop lisse qui se révèle assez désagréable en donnant l’impression que la machine va s’échapper des doigts. Mais franchement rien de bien grave.



Personnellement, je préfère la prise en main avec la croix qui me semble bien plus confortable qu’avec les sticks. Ceux-ci sont placés légèrement trop bas. Mais ceux qui ont officié sur la PSP seront habitués. On pourra, de prime abord, être surpris par la course réduite de ces sticks, mais après une partie de Wipeout, on se rend vite compte que ce n’est pas un problème.

Les boutons sont, par contre, très petits. Mais ils restent très précis et même avec des gros doigts, il sera impossible d'appuyer accidentellement sur le bouton voisin. En revanche, le bouton X est bien trop près du stick droit ce qui se révèle très gênant, surtout que pour nous occidentaux, car il sert très souvent à valider.


Concernant les gâchettes, je trouve qu’elles sont trop souples et n’offrent pas assez de réponse contrairement à celles de la PSP.

Pour les hauts parleurs de la PS Vita, en dehors du fait qu’ils sont de bonne qualité, ceux-ci sont très mal placé. Il arrivera souvent, si on joue avec le stick gauche, de boucher le haut parleur. Dommage, surtout qu’ils restituent un son très acceptable, cependant moins bon que ceux de la 3DS. Mais une fois équipé d’un bon casque, le rendu sonore est excellent.



Dans l'ensemble, la prise en main est très bonne et surtout, bien supérieure à sa concurrente directe.


Installation

Au premier allumage de la console, l’utilisateur est invité à suivre plusieurs assistants de configuration. Ceux-ci sont très simples et pourtant, très complets.
Seul regret, l’impossibilité de consulter l’adresse MAC de sa PS Vita, ce qui force à abandonner la configuration du WiFi pour la reprendre plus tard quand on utilise un blocage par l’adresse MAC. Une fois, tous les assistants passés (au nombre de 3), une vidéo de présentation de la console s’ouvre et donne la première claque à l’utilisateur. Magnifique.



Interface

Il n’y a pas à dire, Sony a revu en profondeur son interface et ça déroute. La présentation est agréable, c’est coloré et parfaitement fluide. Pleins de détails, d’aides contextuelles et d’animations rappellent à l’utilisateur s’il y a des notifications ou des jeux en pause.


Par contre, quand on est habitué à la Cross Media Bar (XMB) que Sony a imposé depuis quelques années sur plusieurs de ses produits, on perd tous ses repères. Contrairement au XMB où tout était rangé dans des sections bien définies et ordonnées, le Live Area permet de réorganiser les icônes à loisir sur 10 pages.

On peut cependant se demander, si comme Apple, Sony ne devra pas ajouter des répertoires à cette interface. Car, avec le contenu déjà disponible, et celui qui arrivera, si on est un gros consommateur de contenu dématérialisé ou d’applications gratuites, on risque très vite de se retrouver à l’étroit sur les 10 pages disponibles, sans parler de l’organisation qui va devenir rapidement un vrai casse-tête.



Hormis ce détail, l’interface est parfaitement fluide, intuitive et très personnalisable. En comparaison, la fluidité n’a rien à envier à iOS. Pas étonnant que des rumeurs rapportent que Sony souhaite inclure cet OS sur des téléphones ou des tablettes, car c’est une vraie réussite.


Les applications incluses

Les applications de base sont assez complètes avec tout ce qu'il faut pour gérer son compte, le PSN, les paramètres, ses photos/vidéos etc. Pour transférer ses photos, vidéos ou jeux, tout passera par l’application « Gestionnaire de contenu », que ce soit via la PS3 ou le PC/Mac. Et je dois dire, qu’en plus de ne pas être très intuitif, car tout se passe depuis l’écran de la Vita, c’est très très lourd.

Le traumatisme du piratage de la PSP a donné naissance à une vraie usine à gaz. Ce qui devait être simple est inutilement complexifié. Sur PC/Mac, il faut au préalable installer un logiciel qui n’est qu’un agent et ne servira que de passerelle. Il scannera les répertoires qu’on lui aura fait cibler pour les musiques, vidéos, etc (1 répertoires par chaque type de contenu, pas plus). Malheur à vous si votre vidéo ne se trouve pas dans le bon répertoire ! Il faudra la copier dans celui qui avait été défini et reprendre la procédure de synchronisation. Lourd.

Dans l’autre sens, il faudra également passer par ce gestionnaire de contenu. Et la situation n’est pas meilleure sur PS3. Mais ou est passé le simple copier-coller si pratique. A cela s'ajoute que sans compte PSN de configuré, il est tout bonnement impossible de faire le moindre transfert, même de photos, de vidéos ou de musiques. Incohérent.

Sur les nombreuses vidéos en MP4 que j’ai voulu synchroniser avec ma Vita, toutes ont refusé de le faire sans autre explication que le contenu n’était pas compatible. Soit.

Heureusement, du côté de la musique c’est nettement mieux. Ma bibliothèque iTunes a été reprise à l’identique en conservant les tags et les jaquettes de mes albums. La navigation dans ses albums et la gestion des ses playlist n’ont strictement rien à envier à l’iPod.

Du côté du PSN, c’est très complet avec déjà beaucoup de jeux PSP compatibles et beaucoup de démo, ce qui est très bien pour un lancement. Ceux qui ont une PS3 ne seront pas dépaysés, car les interfaces du PSN entre les deux consoles sont très proches. A noter que le téléchargement se coupe si l'on met sa console en veille manuellement, sauf si la console est en charge. Il vaut mieux laisser la console allumée et la laisser se mettre en veille d’elle-même. Dans ce cas, l'écran passe en veille tout seul sans couper la connexion Wifi. L'état de veille de la console est indiqué par le bouton PS lumineux (allumé = veille écran, clignotant = veille de la Vita, orange = recharge).


Enfin, la gestion des trophées passe par l’application Trophées. Tout est très simple et bien mieux présenté que sur PS3.

A noter que l’application Livetweet disponible gratuitement sur le PSN est de loin la meilleure application Tweeter que j’ai eu l’occasion de tester, que ce soit sur iOS ou Android.


La rétrocompatibilité

J’ai eu l’occasion de tester la compatibilité de mes jeux PSP dématérialisés sur Vita.
Chose étrange, plusieurs de mes jeux étaient indiqués comme non compatibles et donc non téléchargeables depuis le PSN de la Vita. Cependant, en passant par ma PS3, je n’ai eu aucun souci pour les transférer et les lancer (notamment Lunar Silver Star Harmony ou les DLC de Dissidia Duodecim).

Le rendu des jeux PSP, bien que très légèrement flou, est superbe, que ce soit des jeux en 2D comme Lunar ou en 3D comme Dissidia. Les couleurs sont chatoyantes et on ne perd que très peu de détails. En laissant appuyé son doigt pendant 3 secondes sur l’écran on accède à diverses options comme activer ou non un filtre bilinéaire, associer le stick droit pour gérer la caméra ou encore forcer l’espace de couleur à celui, plus réduit, de la PSP.

Honnêtement et malgré le léger flou, je préfère, de loin, profiter de mes jeux PSP sur Vita plutôt que sur la console d’origine. Bref Sony a fait un excellent travail et les titres PSP gagnent à être rejoués sur Vita. Bravo.


Les jeux

Sur ce point, la console est vraiment impressionnante.



Un jeu 2D comme Rayman Origins est magnifique sans un pet d’aliasing et pour ça, mes yeux disent merci. Sur un jeu 3D comme Wipeout, idem, on a du mal à croire qu’on tient un tel jeu dans le creux de la main. Même si j’ai été moins impressionné par Uncharted : Golden Abyss à cause de sa résolution inférieure aux deux précédents titres, il prouve sans contestation possible que la Vita peut aligner des jeux de la qualité d'Uncharted 1 sans effort.



Le potentiel est donc grand et on sent que la marge de progression est forte.


Conclusion

Je ne vais pas y aller par quatre chemins, cette console est un petit bijou. On est loin de mes impressions post E3 ^^.

Le gros point fort reste incontestablement son écran absolument superbe, énorme et entièrement tactile. Ceux qui ont un Galaxy S II auront tout de même l’effet « Waouh » tant la précision de l’écran est supérieure. Oubliez tout de suite celui de la 3DS dont l’écran 3D ne tient pas la distance.
Il y a tout de même des petits défauts à corriger, comme offrir un vrai gestionnaire de contenu sur PC/Mac à la manière de Media Go. Mais surtout, il faut donner une meilleure visibilité quant aux futurs jeux sur le moyen terme.

En tout cas, le potentiel de la PS Vita est énorme, reste à Sony de l’exploiter.


3 commentaires:

  1. Magnifique compte rendu (comme d'habitude) pour un superbe objet de geek (et gamer) comme Sony sait si bien les faire.
    J'ai quelques questions:
    - Pourrais tu faire un retour sur le navigateur web? Se comporte t'elle comme une vraie tablette (sans le flash certes...)?
    - Est ce que les fonctions online des jeux PSP sont fonctionnels sur la Vita?
    - Franchement, une vita avec 2 sticks pour jouer aux jeux de la PSP... Est ce possible de les configurer? Si c'est oui, je bande...

    RépondreSupprimer
  2. Merci, voici rapidement tes réponses :
    - Je pense que tu vas être déçu par le navigateur qui n'est là que pour dépanner et qui manque d'optimisation.
    - Les jeux online PSP fonctionnent très bien (à condition que le jeu PSP soit rétrocompatible ^_-)
    - Oui, on peut reconfigurer le stick droit pour prendre en charge la caméra par exemple.

    Tout cela fera l'objet d'articles très bientôt ^_-

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour tes réponses. C'est donc très prometteur pour les jeux PSP... Un FPS injouable sur PSP à cause de la présence d'un seul stick, va devenir super jouable!
    Concernant le navigateur, je ne m’inquiète pas. Sony l'améliorera avec des mises à jour, surtout si l'OS doit être présent dans d'autre produit type smartphone et tablette.
    J'attends d'autres articles avec impatience!

    RépondreSupprimer