mardi 10 janvier 2012

[Test] Skylanders Spyro's Adventure Xbox 360



Après la version 3DS de Skylanders Spyro's Adventure, il est temps de passer au test de la version Xbox 360.


Il faut tout d’abord savoir que la plateforme de développement principale des versions de salon était la Wii. Les versions Xbox 360 et PS3 ne sont que des adaptations.

Ce qui, comme nous le verrons, n’est pas sans conséquence.


C'est Vicarious Visions qui s'est chargé de la version Nintendo 3DS de Skylanders, alors que c'est Toys for Bob qui s'est attelé aux versions salon du jeu. A deux studio différents, deux visions du jeu totalement différentes.
En effet, alors que la version portable est centrée sur la plateforme pure et dure avec un soupçon de RPG, les versions de salon misent plus sur l’aventure-action et un multijoueur en coopération.


Ici ce n’est plus le diabolique Hektore qu’il faudra défaire mais le seigneur des Ténèbres Kaos.
Vous débuterez l'aventure en étant témoin de la destruction du Cercle de Lumière par ce dernier. Le maître du portail, Eon, ayant été vaincu et porté disparu, c’est donc Hugo, son assistant, qui vous guidera pour reconstruire le Cercle de Lumière. Vous êtes le nouveau maître du portail. Votre but sera de rassembler toutes les pièces nécessaires à sa reconstruction et de contrecarrer les plans de Kaos qui souhaite répandre les ténèbres sur tous les Skylands.


Après un court niveau didactique, vous arriverez à l’endroit où se trouvait l’ancien Cercle de Lumière. Ce lieu sera le hub central du jeu d’où vous pourrez rejoindre les différents niveaux en quête des pièces pour la reconstruction.

Tout comme la version Nintendo 3DS, Skylanders sur console de salon est un jeu qui allie des figurines bien réelles avec le jeu vidéo. Tels des Pokémon, chaque Skylander est associé à un élément parmi huit disponibles (Air, Vie, Mort-vivant, Terre, Feu, Eau, Magie et Tech). Au fur et à mesure des combats, leurs capacités évolueront et ils deviendront de plus en plus puissants. Cependant ils ne pourront jamais dépasser le niveau 10. C'est pourquoi, il faudra veiller avec soin aux capacités et à l’orientation qu'on leur attribuera lors de leur de la montée de niveau. On pourra tout de même abandonner une progression qui ne serait pas satisfaisante, mais cela impliquera de revenir au niveau 1.


Le jeu est livré avec trois figurines et un Portal of Power. Ce Portal of Power pourra être relié aussi bien en USB à la console que directement à l’ordinateur pour participer au jeu web Skylanders Universe.


Contrairement à la version portable, il ne sera pas nécessaire de synchroniser ses Skylanders. En effet, leur évolution se fera en temps réel dès lors qu’ils restent sur le Portal of Power. Mais on pourra à tout moment changer à la volée de Skylander au cours d’un niveau. Par exemple si une zone est plus favorable à l’élément Vie, il sera plus judicieux d’invoquer un Skylander de cet élément afin d'obtenir un gain de puissance. De plus, dans tous les niveaux, seuls certains personnages d’un élément bien précis pourront atteindre une zone refermant le plus souvent un trésor légendaire ou un nouveau chapeau.


Alors qu’ils sont purement décoratifs sur 3DS, les chapeaux sont par contre très utiles sur les versions salon. En effet, ils offriront des bonus élémentaires, d’armures, de coups critiques ou de vitesse suivant le chapeau sélectionné. Il faudra donc veiller à la coiffe qui correspondra le plus à notre Skylander afin de pallier à ses défauts.

Autre différence par rapport à la version portable, ici, le jeu est beaucoup plus orienté aventure-action. Il est impossible, contrairement à la version 3DS, de sauter. Il faudra obligatoirement passer sur un plot bleu qui nous permettra d’atteindre des plateformes surélevées. Si aucun plot n’est disponible, c’est qu’on ne peut, tout simplement, pas aller sur cette plateforme. Frustrant. Cependant, certains personnages, comme Spyro, pourront voler, ou nager, mais cela reste tout de même très limité.

De plus, les coups disponibles pour chaque Skylander sont également différents entre les versions salon et portable. Par exemple, alors que sur 3DS, la différence entre Spyro et Dark Spyro est très marquée, sur les versions salon, leur coups sont identiques. Cependant, la possibilité de progression et de gestion des coups mis à disposition d’un personnage est bien plus variée. Car à un moment donné, il faudra choisir l’orientation de son Skylander ce qui aura ensuite une répercussion sur les coups disponibles à l'achat.


Le jeu est découpé en plusieurs chapitres correspondant à un environnement donné. Sachant qu’il y a plus de 20 chapitres, cela démontre la variété des mondes visités. Mais ce qui est un avantage peut également être un défaut. En effet, certains sont particulièrement ennuyeux ou pénibles à parcourir. Alors que d’autres font preuve d’un très bon level design et proposent de bonnes idées. Il faut donc bien constater qu’ils se montrent très inégaux quant à leur intérêt.

A noter que chaque niveau proposera différents objectifs à remplir pour obtenir une des trois étoiles.


Comme dans tout bon aventure-action, il y aura des énigmes à résoudre comme, par exemple, une serrure à ouvrir en maltraitant un petit monstre vert, des passages plus ou moins secrets, des ponts à reconstruire, des éléments du décors destructibles, etc. En terrassant les ennemis, on gagnera de l’expérience pour monter de niveau et de l’argent qui permettra d’acheter de nouveaux coups à la cupide fée Persephone. Le jeu reste très classique mais sait se montrer efficace.


Graphiquement le jeu est assez inégal. Le plus souvent joli, certains niveaux seront juste très moyens alors que d'autres seront magnifiques. Mais là où le bât blesse, c’est que cette version Xbox 360 souffre assez souvent de tearing (déchirement horizontal de l’image) ou de ralentissements quand trop d’éléments sont affichés à l’écran. A croire que le portage de la version Wii a été fait avec les pieds.
Comme sur portable, les musiques contribuent bien à l'ambiance sans être pour autant inoubliables.


Comme sur la 3DS, la duré de vie sera soit assez courte, si vous vous contentez de finir tous les niveaux une seule fois, ou assez longue si vous cherchez à remplir tous les objectifs. Comptez environs entre 10 ou 25 heures selon la façon dont vous jouerez le jeu. Chaque niveau proposera sont lot d'objets et de passages cachés qu'il faudra trouver pour obtenir des bonus inédits pour ses Skylanders. De plus, et contrairement à la version 3DS, d'autres modes de jeux sont également disponibles comme un mode Arène pour se battre contre un autre camarade.

Autre avantage de ce Skylanders sur consoles de salon, c’est qu’il fait partie des rares jeux à proposer un vrai mode coopératif à deux joueurs sur le même écran. Pour qu’un deuxième joueur viennent rejoindre à tout moment votre partie, il faudra appuyer sur le bouton A de la deuxième manette et ensuite poser le second Skylander sur le Portal of Power.
A deux, le jeu prend une autre ampleur et est vraiment beaucoup plus agréable à parcourir.


On pourra reprocher au concept de Skylanders de pousser excessivement à la consommation. En effet, 37 figurines sont disponibles (32 normales et 5 légendaires) vendue chacune 10€. Mais, d'une part, il est inutile de toutes les posséder, seule une de chaque élément est nécessaire. Et d'autre part, pour les kits d'aventure, on a au moins des figurines (un lieu, un personnage et deux objets) qu'on pourra échanger avec ses amis puisque leur utilisation n'est pas limitée. Personnellement, je préfère cela à du vent comme avec les DLC classiques.

A noter que cinq chapitres supplémentaires seront disponibles en échange de l'achat des cinq kits d'aventure. Pour le moment seuls deux sont disponibles, la Crypte Noire et la Mer Pirate.
Toutes ces figurines sont également utilisables sur le site Skylanders Universe afin de participer au petit MMORPG gratuit sur le Web.

Avant de conclure, il me faut aussi signaler la plus mauvaise surprise pour moi de ces versions salon de Skylanders : le public ciblé est très clairement les enfants de moins de huit ans.


J’avoue avoir été très souvent gêné par l’esprit hyper enfantin qui se dégage de cette version console de salon. Cela est d’autant plus étonnant que la version portable sur Nintendo 3DS ne souffre pas de ce manque de maturité.
Ici, on a droit à toutes les caricatures possibles ajoutées à un humour pas vraiment drôle et destiné aux enfants en bas âge.

Pour enfoncer encore plus le clou, il faut rajouter une technique faillible avec du tearing et des ralentissements inexpliqués indignes pour la console. De plus, le doublage français est une vraie catastrophe. La synchronisation labiale est inexistante et le volume sonore des voix bien insuffisant pour comprendre correctement ce que veulent dire les différents protagonistes
Cependant le mode multijoueur, l’ambiance générale et certains niveaux viennent un peu rattraper ce triste tableau.

Pour conclure, à moins d'être vraiment un grand enfant ou de vouloir absolument jouer à deux, s’il n’y avait qu’une version à choisir, je vous conseille très vivement de préférer la version portable sur Nintendo 3DS.



8 commentaires:

  1. Regrettes tu l'achat de cette version de salon ou éclates tu dessus quand même?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. non je ne le regrette pas et j'adore ce jeu,remarque,je
      ne joue qua ça

      Supprimer
  2. Si ce n'était pas pour jouer à deux, oui, je regretterai cette achat. Mais le jeu à 2 compense ses défauts.

    RépondreSupprimer
  3. ou trouver le chapeau (bandeau pirate) dans le niveau (mer pirate)du pack pirate.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'ayant pas encore joué au pack, je ne peux pas te répondre. Désolé.

      Supprimer
  4. ce serait gentil de me l'informer

    RépondreSupprimer
  5. ce nest pas grave ,mais repondez moi dé que vous le pouver

    RépondreSupprimer