dimanche 20 novembre 2011

[Test] Super Mario 3D Land

Ma moitié ayant craquée hier soir, c'est donc maintenant au lieu de Noël que j'ai ce Super Mario 3D Land.
Après mes impressions de l'E3 2011, qu'en est-il réellement du premier Mario portable en 3D ?





Autant le dire tout de suite, mes impressions de l'E3 se sont bien confirmées après 2 heures de jeu.

Comme d'habitude dans la série Mario, ce n'est pas le scénario qui va tenir en haleine les joueurs. Ici encore, Mario doit secourir la princesse Peach enlevée par Browser qui a gagné cette fois le pouvoir des feuilles de Tanuki. Je serai elle, j'engagerai un service de sécurité, car là, c'est juste plus possible !


Pour sa nouvelle aventure, notre ami Mario retrouve son costume de Tanuki qui était aux abonnés absents depuis Super Mario Bros 3.


Mais ce n'est pas le seul pouvoir que Mario pourra glaner. Puisque dans les pouvoirs connus, on retrouvera la fleur de feu pour lancer des boules de feu et l'étoile qui rend invincible pendant un court laps de temps. Dans la catégorie des nouveautés, le costume des frères boomerang donnera le pouvoir de lancer un boomerang pour toucher des ennemis distants. Autre nouveauté, la boite à hélice qui permettra à Mario de sauter comme jamais auparavant.


Comme je le disais dans mes impressions de l'E3, ce nouvel épisode mélange en un pot pourri Super Mario Bros 3 pour ses items et les niveaux des boss, Super Mario 64 pour le coté exploration des niveaux et Super Mario Galaxy pour la patte graphique.



Ici l'écran tactile, comme dans New Super Mario Bros DS, ne servira qu'à stocker un objet de son choix et montrera le nombre de médailles étoiles obtenues ainsi que les vies disponibles.



Sur la carte des niveaux, on pourra choisir directement le monde où l'on souhaite aller. Bref, l'écran tactile restera assez anecdotique et fort heureusement.



Graphiquement, le jeu est assez proche de Super Mario Galaxy. On passe donc à la vitesse supérieure en matière de rendu sur 3DS. Le jeu est très beau et très coloré comme le veut la série. Les animations sont hyper détaillées. Les effets comme les fleurs de pissenlit ou les boules de feu sont bluffants pour une portable. Et comble du luxe, les ombres sont détaillées comme vous pouvez le voir sur le screenshot ci-dessous.



En ce qui concerne le rendu 3D, outre le fait qu'on peut comme dans tous les jeux 3DS régler la profondeur avec la réglette latérale, le jeu propose 2 types de 3D. Une standard par défaut, et l'autre offrant une profondeur de champs plus prononcée. Selon ce qu'on préfère, il suffira de choisir son rendu à tout moment en choisissant le haut de la croix directionnelle pour le mode standard ou le bas pour le mode avancé.


Comme d'habitude, la jouabilité est tout simplement parfaite, Mario répondant au doigt et à l'oeil. La bande son est comme toujours très bonne et certaines musiques resteront en tête. Il faut noter que comme certains niveaux, pas mal de thèmes des épisodes précédents sont ici repris pour le plus grand bonheur des fans. Et si on ajoute à cela un niveau dédié au 25ème anniversaire de Zelda, on a ici une valeur sûre.



Parlons maintenant des choses qui fâchent.

Beaucoup se plaignent de la difficulté famélique de cet opus. Et je ne vais pas les contredire. Lorsqu'on perd 5 vies dans le même niveau un bloc avec une feuille de Tanuki spéciale apparaît. Ce costume de Tanuki argent rend Mario invincible aux ennemis. Par contre, il est toujours sensible aux chutes. Après 10 vies perdues, un deuxième bloc apparaît offrant la possibilité d'être téléporté directement au drapeau de fin de niveau. Même si c'est totalement optionnel, ça rend le jeu beaucoup plus facile alors que la difficulté n'est déjà pas très haute.



Cependant j'ajouterai qu'à mon sens, c'est plus un avantage qu'un inconvénient.
Je m'explique. Cette difficulté assez basse, permet aux joueurs occasionnels de pouvoir admirer la fin du jeu. Mais pour les hardcores gameur, le vrai Mario commence après cette fin. Car, après les crédits, se débloquent 8 nouveaux mondes qui sont largement moins faciles et permissifs que les précédents. Ces mondes sont constitués de niveaux de la première partie du jeu mais modifiés, auxquels s'ajoutent des niveaux inédits.



Réunir toutes les médailles étoiles et les drapeaux d'or de tous ces niveaux ne sera pas une mince affaire. La durée de vie est donc garantie malgré la première impression.


Autre point négatif et bien plus important pour moi, la quasi absence de notice. Comme vous avez pu le voir sur les photos ci dessus, Nintendo a bien étudié le packaging de ce Super Mario 3D Land. Cependant, à la place d'une notice en bonne et dûe forme, on se retrouve avec un livret de 4 pages montrant les mouvements de base de Mario. Pour le reste, ce livret nous renvoie vers la notice virtuelle incluse dans la cartouche de jeu.


Même si celle-ci est bien faite et qu'un Mario n'est pas bien difficile à prendre en main, à ce rythme là, il n'y aura quasiment plus aucune différence entre payer un jeu en boite ou le télécharger de façon légale ou non. Au lieu de proposer une plus-value aux joueurs qui achètent leur jeu, Nintendo fait exactement l'inverse. L'avenir nous dira si ils ont eu raison de suivre cette voie.



Avec ce Mario, Yoshiaki Koizumi donne enfin à la 3DS son titre porte-étendard. Il justifie, à lui seul, l'emploi de la 3D. Beau et magnifique, même, à certains endroits. Il est fluide et propose des effets de lumières et de textures riches. Ce jeu risque, malgré une difficulté très en retrait au premier run, de devenir le must have pour tous les fans de Mario.


Pour finir, voici la pub américaine du jeu que je trouve bien plus originale que celle qui passe en France.











2 commentaires:

  1. Voilà un jeu qui me plait bien!!! J'aimerai bien l'essayer.

    RépondreSupprimer
  2. Il est trop bien!
    En particulier parce qu'il est facile!
    Du coup je me le suis pris. ...

    RépondreSupprimer