mardi 14 juin 2011

E3 2011 : Final Fantasy XIII-2

Voilà enfin un article en lien avec le thème principal de ce blog : les RPG Japonais, Final Fantasy XIII-2 étant le seul du genre à cet E3.

Pour situer mon opinion sur Final Fantasy XIII premier du nom, je pense être un des rares fans à l'avoir apprécié. J'ai très vite accroché au concept de pourchasse des héros qui justifiait, selon moi, le rythme haletant et soutenu de la narration.



Après, j'avoue que je n'aurai pas été contre quelques personnages secondaires qui auraient donné des quêtes annexes où même visiter une ville rebelle cachée dans des ruines. J'aurais aimé aussi un peu plus d'exploration pour ne pas avoir l'impression d'être en face d'un RPG/Beat them all, même si le système de combat était excellent.

Mais bon, on ne va pas refaire le jeu. Il est cependant clair que ce Final Fantasy XIII est le premier de la série où, une fois fini, je n'ai pas eu envie d'aller plus loin. Rien ne me poussait à le faire.

Bref, c'est avec appréhension et scepticisme que je me suis essayé aux deux démos de Final Fantasy XIII-2.

On commence la démo en découvrant les nouveaux protagonistes de ce jeu, Serah, la soeur de Lightning et Noel Kreiss. Serah est déjà connue des joueurs du premier opus. On notera qu'elle semble s'être dévergondée, mais pas au point d'une Yuna dans Final Fantasy X-2, ouf ! Le deuxième personnage est un habitant originaire de Pulse, il découvre les gens de Cocoon et n'est pas particulièrement tendre avec leur mode de vie. Lighting ne fait plus partie de l'équipe pour la simple raison qu'elle a péri.
On note aussi l'apparition d'un Moogle, qu'on retrouve avec plaisir et qui s'intègre assez bien à l'univers de ce Final Fantasy. L'arrivée de nos héros sur Cocoon ne va pas être de tout repos. En effet, pour sa première visite sur le monde de Serah, Noel va réveiller involontairement un géant endormi : Atlas, dont seul le bras gauche est visible.
Le combat s'engage et, tel une magical girl, le moogle accompagnant Serah se transforme en arc. Une transition apparaît et le combat commence. Le système reprend celui de Final Fantasy XIII à coups de choix de stratégie et est encore plus dynamique. Ce combat est entrecoupé de scènes cinématiques où on devra faire quelques actions comme bourriner le bouton A pour passer la QTE. Lors de ces phases, une icone "Cinematic Action" apparaît en haut à gauche prévenant le joueur qu'une action sera bientôt demandée.
On reste en terrain connu, mais les combat gagnent encore plus en dynamisme et sont toujours aussi bien chorégraphiés. Ce combat se terminera par un déluge d'effets pyrotechniques, une spécialité de Square Enix.

La deuxième partie de la démo prenait place dans une ville. Oui, une ville avec plein d'habitants qu'on pouvait interroger ou écouter parler en s'approchant d'eux ! On comprend qu'Atlas continue ses ravages et qu'il faut l'arrêter. La zone d'exploration est assez vaste et tranche avec les couloirs du premier Final Fantasy XIII.
On découvre aussi d'autres utilitées au Moogle, comme celle de détecteur de trésors cachés. Il peut également, grâce à la Mog Clock, permettre à l'équipe de prendre l'avantage au début du combat, si on arrête la flèche de l'horloge sur la partie verte. A contrario, si on l'arrête sur la partie rouge, ce sont les ennemis qui attaqueront les premiers.
Lors des combats, on peut faire appel à certains monstres précédemment vaincus. C'est, là encore, le Moogle qui se transforme suivant les "paradigm" sélectionnés. Très utile, ces petites bêtes ^_^
La dernière partie de la démo nous montrait les possibilités de choix offerts par le jeu. A nouveau, face à Atlas, trois options sont sélectionables. Soit on affronte Atlas de front, mais c'est une mort certaine qui attend le joueur s'il n'a pas un très bon niveau (j'ai essayé T_T). Soit, on explore les ruines à côté pour activer un mécanisme affaiblissant Altas. Mais on peut aussi demander aux personnages autour leur opinion. Chaque choix aura des conséquences sur le déroulement de l'action et, a priori, sur le dénouement du scénario.
Un peu plus beau que son ainé, ce Final Fantasy XIII démontre la maîtrise de la PlayStation 3 par Square Enix. Les musiques, toujours composées par Masashi Hamauzu, sont splendides et plongent le joueur directement dans cet univers oppressant pour les personnages. Le système de combat gagne quelques options et reste toujours aussi agréable à jouer. Des petits puzzles viennent entrecouper les phases d'explorations et s'intègrent bien au scénario.

Bref, reste à voir si le scénario et l'action suivront, lors de sa sortie en fin d'année pour la japon ou début 2012 pour nous. Si tel est le cas, ce Final Fantasy XIII-2 risque bien de réconcilier les joueurs de RPG Japonais avec la série.


Un de mes coups de coeur du salon.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire